Deux maisons heureuses versus une maison malheureuse

On croit souvent à tort que les parents, même s'ils sont malheureux dans leur mariage, devraient rester ensemble pour le bien de leurs enfants. Dans cette logique, l'hypothèse selon laquelle les enfants qui grandissent avec deux parents mariés ont tendance à s'en sortir mieux que les autres est souvent citée.

 

Un autre axe de recherche important a toutefois démontré l'effet négatif des conflits parentaux sur les réalisations des jeunes. Les enfants dont les parents se disputent, obtiennent souvent de moins bons résultats scolaires, ils sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de comportement et leur bien-être psychologique risque d'en souffrir.

 

Le but de cet article n'est pas d'encourager les personnes à quitter leur mariage, mais nous ne pouvons ignorer le fait qu'il y a de nombreux problèmes associés à la décision des parents dans un mariage malheureux, de rester ensemble pour le prétendu bénéfice de leurs enfants.

 

Une étude intitulée "Are both parents always better than one? Parental conflict and young adult well-being" aborde ce dilemme. L'étude a recueilli des données auprès de quelque 2 000 familles et a examiné les liens entre les expériences familiales des adolescents et le bien-être des jeunes adultes à travers une panoplie de mesures différentes - comme la scolarité, la toxicomanie et la transition liée aux familles. La conclusion de cette importante étude est que " bien que les enfants réussissent mieux, en moyenne, à vivre avec deux parents biologiques mariés, les avantages des familles bi-parentales ne sont pas partagés également par tous " (traduction libre) [1]. L'étude a révélé qu'en modérant l'effet du conflit sur le divorce, il y avait des associations plus faibles entre le divorce et les répercussions sur les enfants, ce qui suggère que le divorce peut effectivement soulager le stress de vivre dans un foyer où le conflit est trop important.

 

Bien qu'il soit compréhensible que rester ensemble puisse sembler une décision logique, les parents sont souvent aveugles au mal qu'entraîne le fait d'élever leurs enfants dans un foyer déchiré par un conflit. Grandir dans une maison avec deux parents qui ne sont pas amoureux l'un de l'autre, dans le meilleur des cas, crée un environnement inconfortable pour leurs enfants. C'est évidemment une autre histoire si les deux parents sont prêts à travailler sur leur mariage, mais si l'un ou les deux parents ont abandonné, et vivent toujours ensemble, cela ne peut que nuire aux enfants.

 

Bien qu'une séparation ou un divorce soit un événement extrêmement difficile à vivre pour un enfant et un parent, il procure habituellement un grand soulagement à toutes les personnes concernées. Passer d'une famille conflictuelle, maladroite et malheureuse à une famille heureuse est un changement que la plupart des enfants accueillent à bras ouverts. Il n'est pas rare non plus que les parents s'entendent beaucoup mieux une fois séparés, ce qui leur permet de co-parenter de façon beaucoup plus productive que lorsqu'ils vivaient ensemble et géraient constamment les conflits.

 

 

[1]Musick, Kelly, and Ann Meier. “ARE BOTH PARENTS ALWAYS BETTER THAN ONE? PARENTAL CONFLICT AND YOUNG ADULT WELL-BEING .” Social science research 39.5 (2010): 814–830. PMC. Web. 13 June 2018. "LES DEUX PARENTS SONT-ILS TOUJOURS MEILLEURS QU'UN SEUL ? LES CONFLITS PARENTAUX ET LE BIEN-ÊTRE DES JEUNES ADULTES." Social science research 39.5 (2010) : 814-830. PMC. Web. 13 juin 2018.

Sheri M. Spunt